lundi 22 octobre 2012

La main robotisée

Robots haptiques
(haptique = le toucher) 



1°) La Main parétique  devient sa main assistante.  
Chez un droitier, la main droite parétique  est moins performante que la main gauche valide éduquée à la tâche.
C'est pourquoi il vaut mieux entrainer la main parétique  dans des activités fonctionnelles de main assistante (appuis, tractions, blocage statique) plutôt que d'utiliser le temps de rééducation à des activités d'adresse qu'ils n'utiliseront jamais puisqu'ils ont une meilleure main de l'autre côté.
(le cas le plus extrême rencontré: une jeune fille qui fait 22'' à droite au Nine  Hole Peg contre 19'' à gauche et qui préfère écrire à gauche car c'est plus fluide)  

http://hemiplegie-kinesi.blogspot.fr/2010/07/usage-de-la-main-plegique.html

2°)  Les chercheurs sont obnubilés par la perte de la préhension. 
On occulte l'évolution ontologique du bras:
 avant la chaîne ouverte orientée et ciblée (6 mois) il y a la chaine fermée sphinx phoque ! Comment ajuster une main sur la cible si la personne n' a pas  intégré ses racines pour l'ajuster? Attirer son tronc vers la main, repousser son tronc de la main.
On fait travailler la main en chaîne ouverte:
On utilise des tests de mesure (ARA) qui mesurent l'adresse de la préhension.
Or la main parétique devient assistante. Il convient donc d'utiliser des tests de main assistante. Ces tests n’existent pas. C'est pourquoi nous avons créé des tests qui objectivent l'orientation de la main, la force de poussée, la force de traction.
http://neurokinesitherapie.blogspot.fr/2008/06/motricit-des-membres-suprieurs.html


3°) Nous adhérons à la démarche EBP mais  celle-ci  emprunte parfois des chemins lucratifs.
Seules les grandes firmes de matériel médical peuvent financer  des études validées: de ce fait la recherche  se fait plus  dans le secteur marchand.
D'autre part, il faut examiner le niveau de preuves des études faites. Sachant que l'effet Hawthorne joue à fond (faire plaisir au testeur http://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Hawthorne)
 Le biais des études comparatives:
Il y a d'un côté une population de patients  qui sait qu'elle participe à l'étude avec le robot et de l'autre une population qui sait qu'elle n'y participe pas.
Il y a d'un côté des praticiens (modernes)  choisis pour participer à l'étude  et des praticiens (ringards)  choisis pour  faire la méthode traditionnelle  (qui n'existe pas)!

4°) Protection juridique du praticien
EN France l'ALD l'Affection Longue Durée  finance les soins et libère les praticiens . Aux USA le procès à posteriori est devenu le mode de financement des soins. Les Physical Therapists ont appris à rééduquer les patients sans prise de risque. Une machine a un protocole, un mode d'emploi qui protège le praticien qui respecte le mode d'emploi. Mais a-t-on toujours besoin d'un praticien avec ce type de machine, un médecin prescripteur et un Aide Soignant  suffisent.

Conclusion: c'est mieux que rien!
 C'est important que le patient ait l'impression que l'on s’occupe de sa main en phase subaigüe et postaigüe. Lorsque l'équipe pressent après  quelques semaines que le patient ne va pas  récupérer sa commande, la main est soignée mobilisée  sans réel projet de progression. Il s'ensuit un sentiment de frustration du patient qui pense toute sa vie que si l'on s'était occupé de sa main il aurait récupéré.
C'est peut-être un peu cher (30 à 60 000 euros) pour un processus de deuil qui pourrait être obtenu par des moyens plus simples!



Haptic Master
http://www.h3dapi.org/modules/mediawiki/index.php/MOOG_FCS_HapticMaster 
http://www.neurovr.org/emerging/book9/chapter_9.pdf 
stroke braccio di ferro
http://news.cnet.com/8301-27083_3-10468364-247.html 
https://tspace.library.utoronto.ca/bitstream/1807/31323/1/Lu_Elaine_C_201111_MHSc_thesis.pdf 
Mit-Manus
/http://www.techshout.com/science/2010/17/mit-manus-robot-assisted-therapy-may-help-stroke-patients-regain-function/ 
http://web.mit.edu/newsoffice/2010/stroke-therapy-0419.html
Laffont, D Mottet, F Coroian, J Froger, J Pelissier
Montpellier/Nîmes l'article conclut à l'amélioration des capacités de préhension et de la force de
saisie mais pas d!’amélioration dans les AVQ
http://denis.mottet.free.fr/2010-3-17-RobClinWorkshop/2010-03-17-LAFFONT.pdf



 

Mesures et renforcement du bras hémiplégique

http://neurokinesitherapie.blogspot.fr/2008/06/motricit-des-membres-suprieurs.html

jeudi 11 octobre 2012

A quoi sert la main plégique?


Main de Justice - Louvre -
Ou plus exactement, à quoi sert la main parétique?:
 

A quel moment l'ancienne main dominante, devenue parétique est elle refoulée de façon définitive dans un rôle de main assistante?
Au début du retour de motricité, le patient croyant à une récupération essaie de lui rendre son rôle de main dominante au repas, à la toilette. Puis peu à peu il renonce à cet entraînement tri quotidien qui n'a pas entraîné la récupération escomptée. L'ancienne main "gauche" va apprendre en quelques semaines la dextérité de l'ancienne main  dominante aux repas, à la toilette. La main anciennement dominante va  devenir assistante, dans quelques tâches: 

Toilette, Habillage


 - tenir la brosse à dent quand on presse le tube de dentifrice
- crocheter le lacet pendant que l'autre main fait la boucle
- attacher le bouton du pantalon
Repas:
- tenir la fourchette en prise grasp afin de couper la viande avec l'autre main.
- bloquer les aliments que l'on ramasse avec la fourchette
- bloquer un pot de yaourt






 



Quotidien:
- tenir le sac tant que l'autre main tourne la clef.

Il est donc important d'engager des objectifs et des moyens de rééducation en adéquation avec le possible. Tous les bilans de la main hémiplégique s'intéressent à la fonction de main dominante, même quand l'espoir de récupération de celle-ci est abandonné.    


Aucun bilan  (  Nine Hole Pegs, Box and blocks, Enjalbert, Frenchay Arm test, Action Research Arm Test -ARA- et même la méthode Perfetti,) ne dégage des objectifs de mains assistantes. B. Bobath avait dégagé un bilan de main locomotrice par la recherche de réactions de protections et d'apuis. C'est pourquoi nous avons tenté de dégager des objectifs de mains assistantes et de bras locomoteur. .http://neurokinesitherapie.blogspot.com/search/label/I.Seg.%20%20Membres%20Sup%C3%A9rieurs

jeudi 17 mai 2012

renforcer le membre inférieur déficitaire

Correction de l'adaptation:
Dans les exercices de renforcement segmentaires le patient a tout le temps de contrôler  son
mouvement afin de ne pas compenser et de renforcer électivement la triple extension.  C'est dans la chaine fermée excentrique que le renforcement est le plus intense.
C'est également dans la chaine fermée 
que hémiplégique et hémiparétique
contrôlent le mieux leur membre déficitaire

La main déficitaire attachée avec un élastique sur le barreau de l'espalier
la personne se laisse descendre lentement sur le genou plégique
sans toucher le sol afin de ne pas pousser avec le pied valide
afin de renforcer le quadriceps en excentrique
puis brusquement bloque la descente et remonte
sans poser le pied valide sur la caisse
pour ne pas achever la montée avec la cuisse valide.
10 fois de suite

mardi 15 mai 2012

Hémiplégies sévères

25% des hémiplégies séquellaires ne remarchent pas:
Verticalisation à la table.
Genou déficitaire sanglé.
Main valide croisée appuyée à gauche
frappe dans un ballon à grelots
afin de répéter la mise en charge du côté déficitaire

dimanche 15 janvier 2012

Entretien de la Motricité dans l'hémiplégie chronique

la menace porte sur 6 points:
- Déficit de force par mésusage: renforcer la triple extension sur le membre inférieur plégique:

LA Boite à Joules
descendre et remonter le membre inférieur valide en le faisant glisser contre la caisse sur une hauteur de 20n cm sans jamais le poser au sol, 
et le remonter  en tendant le genou plégique sans  jamais reposer le pied valide sur la caisse. Jusqu'à épuisement.
(ça commence à 3 ou 4 parfois à 1 sur 5cm et ça peut finir à 50 voire à 100 pour l'un d'entre eux!  Un patient de 70kg qui monte une fois et descend une fois de 5 cm a produit un travail de 
70 kg  x 9.8 x 0.1m  = 68.6 joules
Plus on augmentera l'amplittude et le nombre de répétitions et plus les joules augmenteront.
Le même patient de 70 kg qui  démarre sur 1 cycle de 5cm et 68.6 joules  a fini à
50 cycles de 20 cm --> 13720 joules  



 
-Rétraction du triceps sural (mollet) qui viendra limiter puis empêcher la marche





- Rétraction des fléchisseurs des orteils qui raccourcira le pas postérieur
http://hemiplegie-kinesi.blogspot.com/2008/06/mesure-de-l-equin.html 

- Diminution du périmètre et vitesse de marche et baisse de la résistance cardio respiratoire à cause de la  limitation de la marche (complication secondaire des deux premiers points)

http://hemiplegie-kinesi.blogspot.com/2008/06
- entrainement à la marche fonctionnelle périmètre et vitesse
- entrainemnt à la marche performante périmètre et vitesse: sans canne pour ceux ui marchent avec canne, sans attelle pour ceux qui en ont une, croisée sirtaki, saut à pieds joint ou cloche pied, vitesse au tapis roulant avec filet antichute

- Oubli de la descente et de la remontée du sol DEDANS et DEHORS
http://neuromotricite.blogspot.com/2009/05/clef-du-sol-linterieur.html 

http://neuromotricite.blogspot.com/2009/04/clef-de-sol-lexterieur.html 
-  Rétraction des fléchisseurs des doigts et du poignet
http://hemiplegie-kinesi.blogspot.com/2008/06/appui-de-la-main-hemiplegique.html 

vendredi 20 mai 2011

le volume d'expression motrice

La marche performante: entretenir la marche  sans les mains chez les personnes qui ont une marche fonctionnelle avec canne.. Dans un grand volume (1 m de large x 2 m de long) , la personne est inhibée par la peur de tomber!
In a large volume (1 m wide x 2 m long), the person is afraid to fall. She cannot walk!



Dans un volume plus resserré (50 cm x 2 m- banc à l'arrière qui permet de s'assoir) elle peut enchaîner les pas!
In a narrower volume (50 cm x 2 m with a bench at the back to sit if she falls) she can  walk!

samedi 14 mai 2011

Se propulser par la jambe hémiplégique

la tritonnette, trottinette stable, scooter d'entrepôt permet de spécifier les rôles: 1. appui sur la jambe valide et pousser par la plégique. 
2. appui sur la plégique et pousser par la valide

vendredi 29 avril 2011

Spasticité

LA SPASTICITE est le signe d'une paralysie pyramidale. C'est une conséquence de la perte de mouvement, ce n'est pas la cause. La lutte contre la spasticité n'est pas un objectif en soi. On doit rechercher les mouvements qu'elle empêche pour la combattre. Si elle n'empêche rien, laissons la tranquille, elle protège les articulations. Paralyser le triceps sural ne fait pas revenir la motricité sur les releveurs du pied. Le bilan de l'injection de botuline dans le triceps sural ne doit pas se faire à l'œil sur quelques pas dans le bureau! "je trouve qu'il marche mieux" Le bilan de la marche après injection doit se faire au périmètre de marche chronométré. Idem pour le membre supérieur: le traitement de la spasticité doit apporter un gain fonctionnel (c'est rarement le cas)
cliquez sur; http://neuromotricite.blogspot.com/2008/06/la-spasticite.html

Attention il existe 2 Ashworth:
l'Ashworth modifié sur 4 points:


Mais aussi l'Ashworth sur 5 points qui traîne encore:
http://www.paratetra.apf.asso.fr/IMG/pdf/Neuro45Dossier.pdf

De toute façon, ce n'est plus vraiment important car l'Ashworth évalue une spasticité d'une personne passive couchée. Ce test rejoint la batterie de tests médicaux entre le  marteau à réflexe et le signe de Babinsky.
Le kinésithérapeute évalue la spasticité en situation sur un point particulier qu'il cherche à améliorer.
Exemple:
- équin spastique lors du temps pendulaire, corrigé ou pas par une attelle releveur? 
- fermeture de la main impossible à ouvrir pour la toilette
- etc.

mercredi 13 avril 2011

Passage du pas valide

Acquisition guidée de l'appui plégique: on préfère restituer la vitesse et le rythme du  mouvement plutôt que son dessin. On encourage le patient à faire vite et loin. Dès que le patient a acquis la possibilité d'en faire une vingtaine à la suite, il va pouvoir s'entraîner sans la guidance du kinésithérapeute.
On a scotché le pied sur une planche coincée entre deux caisses. Le patient est dans un box "auto-mobile". Il peut se rattrapper s'il tombe. Les conditions sont réunies pour s'entraîner.




mardi 12 avril 2011

Hémiplégique debout

Ousmane Sow - Guerrier Masaï
Le patient hémiplégique se garde toujours de tomber du côté déficitaire car il n'a pas de bouclier de protection côté plégique. 
Non seulement le membre supérieur de l'hémiplégique ne lui sert plus, mais en plus, l'hémiplégique occupe la main valide à protéger la main déficitaire.
Tout l'art de la rééducation  va consister à redonner une autonomie dans les appuis au  membre supérieur déficitaire
puis  de lui redonner une rôle protecteur dans les descentes au sol.

1°) on va lui apprendre à répartir ses appuis et à se transférer sur un polygone large en forme de trapèze d'environ  1250 cm².
2°) on lui fera ressentir en espace sécurisé la position sur polygone de marche (beaucoup plus étroit 625 cm²) :
- pied Valide  en Arrière - Pied plégique en avant
- l'inverse
Lui faire éprouver ces appuis et transférer son poids d'un pied sur l'autre
avant de rechercher l'équilibre unipodal (- de 250 cm²)

CLIQUEZ SUR LE LIEN: http://neurokinesitherapie.blogspot.com/search/label/II.Pos.%20debout

lundi 11 avril 2011

Positions de Descentes au Sol

Descente latérale côté valide
Apprendre à descendre au sol en avant, en arrière, à droite à gauche, rassure la position debout:
Descente Arrière
le patient hémiplégique peut poser son genou valide au sol pour descendre côté valide, peut-il apprendre à descendre le genou plégique pour équilibrer sa posture debout?


cliquez sur le lien: http://neurokinesitherapie.blogspot.com/search/label/II.Pos.%20descentes%20au%20sol

dimanche 13 février 2011

boiteries contrariées

Boulet jambe valide oblige à prolonger l'appui plégique
Boulet jambe plégique accentue le fauchage

 

.

  Jeu du bagnard: nous attachons  une plaque de 5 kg alternativement à une jambe ou au bras du patient.

Fauchage contrarié

Ci-dessous, l'objectif n'est pas de corriger la marche. Il est d'obliger le patient à aller chercher des ressources nouvelles pour s'adapter à une situation difficile. 

Par exemple marche sur un trottoir qui s'incline pour laisser le passage à une entrée de garage etc..

Le dahu: un pied est posé sur la bordure ou le trottoir
et l'autre pied par terre.
Lorsque le pied hémiplégique est bas le faucheur est favorisé
et le steppeur contrarié.
Au retour c'est l'inverse.
The goal is not to correct the gait. It is to force the patient to adapt to a difficult situation.
For example walking on a sidewalk that tilts to a driveway etc.
Fauchage favorisé





jeudi 20 janvier 2011

Tricycle bas , deux roues avant

Au départ ce tricycle bas n'est pas conçu pour les personnes handicapées. Il est prévu pour le "fun". Il se trouve que les personnes hémiplégiques sont très confortablement installées, près du sol elles sont rassurées. Le tricycle en plus peut se conduire d'une seule main, il est très maniable.
Consulter le site Airodin: http://www.airodinsports.com/-c-32.html?osCsid=cfuj5i6e501mq71nc15kgv6qg0
SI un cale pied classique ne suffit pas pour tenir le pied plégique sur lal pédale, on peut acheter un sabot et un guide pour la jambe chez "le confortable" à Puymiclan. http://www.campaweb.com/tricycle.html

 Certains patients ne parviennent pas à pédaler à l'horizontale et l'on a transformé pour eux un tricycle "Le Confortable" en quadricycle. Les fesses sont plus près du sol (meilleure stabilité) mais les jambes restent près de la verticale ce qui rend pour certains le pédalage plus aisé.

 Sabot Guide pour tenir le pied hémiplégique rajouté sur la pédale.
Pour ceux qui n'arrivent pas à mettre seuls les pédales automatiques look 

Si c'est pour une seule personne , on peu prévoir une butée arrière pour ne pas que le pied tombe . Ici , nous n'avons pas mis de butée arrière car le sabot sert tantôt à des petits pieds tantôt  à des grands pied: il faut pouvoir mettre toujours la jambe en regard de la tig.
prévoir des fentes pour mettre les sangles





Tube latéral pour tenir la jambe quand la jambe part à l'intérieur.
Prévoir un peu de jeu afin qu'il puisse s'incliner un peu jusqu'aux  2 butées.
Prévoir une lame métallique verticale de 10 cm qui sert d'appui au tube lors de fortes tractions (car certains patients ont tordu le tube quand on n'avait pas encore mis la lame). 

Il vaut mieux fixer le sabot sur la pédale
avec 4 boulons
que 3 comme sur la photo

samedi 8 janvier 2011

L'appui sur la feuille

Beaucoup de patients
dans une situation périlleuse vont chercher le secours d'un appui
aussi minime soit-il!
Ainsi ce patient
(et il n'est pas le seul à cet endroit )
a coutume de s'appuyer sur la feuille pour s'aider à monter l'escalier!
La situation se reproduit trop souvent pour croire à un quelconque gri-gri placébo.
EN fait le patient a besoin d'avoir un repère fixe.
Il ne s'appuie pas sur la feuille,
il situe son corps par rapport à un point fixe au moment où il va devoir monter sa jambe saine sur la marche
puisqu'alors, seule sa jambe plégique sera en contact avec le sol et cette jambe  le renseigne mal sur sa situation dans l'espace.

Tripédie, Bipédie, Monopédie

L'homme est un bipède mais la bipédie est statique et ne lui permet pas d'avancer. le kangourou est bipède, le moineau également, lorsqu'ils se déplacent au sol c'est en rebondissant sur les deux pieds à la fois. On peut travailler la bipédie sur le posturographe, la Wii, mais ce n'est qu'une étape vers la bipédie sur polygone de marche. Le déplacement de l'homme est "monopède". Il commence sa progression vers l'avant par un déplacement latéral du bassin qui transforme un appui (en triple extension) en un pendule (en triple flexion)  
La tripédie permet de marcher à côté de ses pompes. Le déplacement avec une canne donne un point d'appui élevé à l'épaule gauche. L'échafaudage membre inférieur, bassin tronc (symbolisé par l'empilement de trois caisses ) n'est stabilisé que par le point d'appui sur l'épaule gauche. Le centre de gravité passe entre le pied gauche et l'aisselle gauche. Pour passer au déplacement sans canne: la personne doit fabriquer de l'équilibre uniquement depuis un pied. On voit alors la main anciennement en appui sur la canne chercher l'appui sur le rééducateur. Plus elle cherche l'appui et moins elle se concentre sur le redressement et elle s'enroule doucement vers l'avant en hurlant je tombe je tombe! Il faut parfois que le kiné hurle plus fort encore pour que la personne sous l'effet de la surprise inverse ses actions musculaires et se redresse pour découvrir un nouvel équilibre depuis le sol.  
- la canne tripode permet un déplacement lent. Ele nécessitte une poussée verticale sinon elle chavire. Elle permet le déplacement d'appui. Ce n'est pas encore la marche. La personne n'accepte pas le déséquilibre qui permet l'enchaînement des pas. Elle s'arrête à chaque pas pour se replacer.
- La canne anglaise permet une poussée oblique et favorise de ce fait l'enchaînement des pas.  
- L’ « étoile DL France» est un embout inférieur qui élargit la base de la canne. Montée sur une rotule, elle permet à la canne d’adhérer au sol même si la canne est présentée à l’oblique.  
- 2 cannes sont rarement utilisées en neuro cérébrale soit parce que la personne a une hémiparésie soit parce qu’elle est cérébelleuse et que c’est trop difficile à coordonner.
- La Canne simple est une illusion de stabilité. Son rôle est plus afférent qu'efférent. Elle signale la personne à la marche précaire aux autres.
-Marche par appuis et prises (cabotage) Nombre de patients se déplacent dans la maison en s'appuyant aux meubles et aux murs, qui constituent des appuis fixes plus sûrs que les cannes. Malheureusement il arrive qu'ils s'appuient aussi aux portes ouvertes et aux tentures qui constituent autant d'appuis qui se dérobent sous la pression.

mardi 17 août 2010

Hémiplégie la roue de l'infortune



A. Albert a classé les hémiplégies par déterminisme lésionnel (ci-dessous)- Albert A. rééducation neuro musculaire de l'adulte hémiplégique- Masson 1979. S. Brunnstrom également avait proposé une grille d'items par type d'hémiplégie - Sultana - Méthode Brunnstrom Masson 1994 p.14-
Roue de la fortune -rosace sud- cathédrale d'Amiens -
Hémiplégie massive flasque (Albert disait profonde. mais c'était avant l'IRM. Maintenan le mot "profonde" est utilisé pour localiser la cause) l'hémiplégie commence par un choc cérébral: il y a déconnexion complète. Puis levée spontanée de la flaccidité et apparition de la spasticité. Certaines personnes (rares) restent malheureusement flasques et sont alors très difficiles à rééduquer car les articulations ne sont pas tenues.
Hémiplégie massive Spastique: l
le membre supérieur est en triple flexion:
la racine du membre a quelques mouvements: épaule: abduction
flexion de coude
main paralysée
le membre inférieur est en triple extension .
La racine du membre a quelques mouvements: flexion de hanche
extension de genou
pied paralysé
hémiparésie ou hémiplégie intermédiaire toutes les articulations peuvent bouger, mais elles sont affectées de spasticité ou de syncinésies.
hémiparésie fruste: toutes les articulations sont commandées sans signe neurologique. Le mouvement est plus lent, plus faible.
Hémiplégie transitoire = AIT = Accident Ischémique Transitoire: la personne guérit. Elle n'a aucune trace de son accident vasculaire transitoire.
Contrairement à ce qu'écrivent certains auteurs, ils est fort improbable que la kinésithérapie puisse faire changer un patient de catégorie.
Il y a un déterminisme lésionnel qui au moment où le kiné intervient a distribué les cartes.
Le rôle de la kinésithérapie est d'amener le patient à effectuer les 100% de son possible dans sa catégorie.
Et c'est déjà une ambition énorme, rarement accomplie.

Pour plus de précisions cliquez surhttp://neuromotricite.blogspot.com/search/label/R%C3%A9%C3%A9ducation%20et%20Progr%C3%A8s

Progrès spontanés induits ou dirigés

Suivant la phase aigüe (1er mois)  , sub aigüe (2ème au 5ème mois) ou chronique (7ème mois) , il y a plusieurs types de progrès locomoteurs:
1) Progrès fonctionnels "spontanés".
C'est la rencontre entre la stratégie du patient pour s'autonomiser: boire, manger, éliminer, se laver, s'habiller et les soins apportés par l'équipe:
Dans les jours qui suivent la lésion cérébro-spinale, le patient ne mange pas seul, ne peut faire sa toilette. La façon dont l'équipe va le traiter, le manipuler , le soigner (handling Winnicot http://fr.wikipedia.org/wiki/Objet_transitionnel#Holding.2C_handling_et_object-presenting) va amener le patient à s'autonomiser peu à peu dans l'assouvissement de ses besoins fondamentaux/
1.Respirer.
2.Boire et manger.
3.Éliminer.
4.Se mouvoir, et maintenir une bonne posture
5.Dormir, se reposer.
6.Se vêtir et se dévêtir.
7.Maintenir une bonne température corporelle
8.Être propre, soigné et protéger ses téguments.
9.Éviter les dangers.
10.Communiquer avec ses semblables.
11. Agir selon ses croyances et ses valeurs.
12. S'occuper en vue de se réaliser.
13. se divertir, se récréer.
14. Apprendre
http://fr.wikipedia.org/wiki/Quatorze_besoins_fondamentaux_selon_Virginia_Henderson#Classification_des_besoins.
re.
A cette phase des soins les spécialistes de la communication, du mouvement, de la relation et de l'ergonomie ne sont ni les orthophonistes, ni les kinésithérapeutes, les psychomotriciens et les ergothérapeutes, ce sont les infirmières et aides-soignantes qui insufflent le dynamisme nécessaire aux progrès.
Elles seules réalisent à cette phase ce à quoi tous les spécialistes vont courir tout au long de leurs rééducations ultérieures: l'adéquation entre l'objectif et les moyens.
"Aidez nous! Poussez sur vos pieds" disent elles au patient qui doit faire le pont pour qu'elles puissent glisser le bassin !
Les rééducateurs cités plus hauts n'auront jamais cette adéquation entre l'objectif et les moyens dans leurs rééducations respectives.
Claudel Camille -femme accroupie-
Toutes leurs actions rééducatives, même si elles ont un but fonctionnel emploient des moyens artificiels.

1 bis) Progrès fonctionnels induits

La plupart des patients ont en eux un dynamisme propre qui va leur permettre d'imaginer des stratégies pour assouvir ces besoins fondamentaux.
Mais certains patients souffrant de dépression ou de troubles cognitifs ont besoin que l'équipe leur  invente une stratégie adéquate. Les progrès fonctionnels sont donc induits par l'équipe car le patient seul ne peut à ce moment aller les chercher.

 

  

2) progrès de re-conditionnement à l'effort
Après plusieurs semaines ou mois d'activité ralentie, le patient s'est sédentarisé. Il s'est déconditionné à l'effort.  (ou concept d'apprentissage de l'inactivité - JP Didier la plasticité de la fonction motrice -) Dès qu'il reprend une activité motrice régulière, il fait des progrès cardio respiratoires qui permettent une augmentation des performances locomotrices..

3) Progrès corporels dirigés: rééducation, apprentissage du mouvement
Narcisse - Caravaggio -
Passée la phase de progrès fonctionnels spontanés ou induits, les patients cérébrolésés restent souvent bloqués dans leur progression motrice. Ils ne savent pas seuls améliorer leur outil corporel. C'est un état spécifique à la neuro-cérébrale qui rend ces patients particulièrement dépendant d'un kinésipédagogue qui cherche avec eux  la bonne stratégie motrice.
La rééducation motrice ne s'appuie que sur la réussite répétée et l'accumulation progressive des réussites.
Mais elle nécessite un niveau de participation élevé du patient.
La kinésithérapie est artificielle:

L'objectif est fonctionnel
les moyens sont artificiels
et nécessitent une certaine abstraction,
un certain rapport à l'image du corps.
C'est de l'ordre de la gymnastique, de  la "culture physique".
On cherche à améliorer la mobilité d'un segment par des assouplissements,
à se remuscler  par des poids et machines,
on apprend ou on corrige des postures pour perfectionner l'équilibre,
on s'entraîne à marcher ou à pédaler mais on ne va nulle part!

Récupération ou amélioration

Si l'on ne récupère qu'une partie d'une somme prétée, de RTT avancées ou de données informatiques

Fontaine de jouvence - le mythe de la récupération -
effacées, on entend:
"je n'ai pas récupéré mes 1000 € , mes RTT ou mes données informatiques."
ou bien
"je n'en ai récupéré qu' une partie"!

Lorsque le patient nous parle de  "récupération"
il nous signifie implicitement récupération totale, 

guérison.
" je veux être comme avant". Sans que l'on sache vraiment à quoi correspond cet"avant".
La récupération existe en neurologie, elle est neuronale et spontanée.
Elle concerne tous les neurones sidérés par une agression cérébro-spinale.
Sur les 100 000 AVC annuels, 1/3 meurt, 1/3 reste séquellaire, 1/3 récupère la motricité antérieure:
30 000 personnes rentrent paralysées à l'hôpital, et ressortent guéries. Les neurones n'étaient donc pas lésés, ils étaient sidérés.
Ces 30 000 "guéris spontanés" vont servir de modèles aux 30 000 séquellaires qu'ils ont croisé à l'hôpital.
Il va falloir des années aux séquellaires pour admettre que chez eux le processus de récupération s'est interrompu.
Ils n'ont eu qu'une récupération partielle. Il reste des déficiences neurologiques, on va essayer d'en diminuer l'impact par
l'optimisation, l'amélioration des capacités résiduelles.
Des progrès sont possibles. La rééducation commence.
C'est l'art d'accommoder les restes: la "kuisinéthérapie".
http://www.mulhousebienvenue.com/francis-deransart/oeuvre25.htm

Rééducation de Gain ou d'Entretien?

Les phases de rééducation de gain et d'entretien ne se différencient pas par les exercices proposés mais par la fréquence de la rééducation.
Après plusieurs séries de bilans qui objectivent une stagnation, on passe d'une fréquence de gain à une fréquence d'entretien. On continuera à faire les mêmes exercices. Puisque les exercices sont basées sur les plus hautes capacités reproductibles ce jour.
Lorsque le patient reviendra faire sa séance d'entretien, il est évident qu'il faudra faire:
- du renforcement segmentaire sur les 4 membres et le tronc
- de l'étirement assouplissement sur les 4 membres et le tronc
- de l'entretien des derniers équilibres acquis (les plus précaires)
- de l'entraînement à la marche

Les kinésithérapeutes adorent se lancer dans des guéguerres picrocholines ou des débats surréalistes pour savoir si tel kiné puriste fait une rééducation de gain ou si tel kiné (moins regardant) utilise les compensations et renforce syncinésie et spasticité. Ce sont des réponses à des questions qui ne se posent pas.
Le plus bel hémiplégique du monde ne peut donner que ce qu'il a. Le patient ne prend pas une mauvaise habitude, il répond à une déficience. Et il n'y a que trois réponses à un item. C'est soit impossible, soit possible sans signe neurologique, soit possible avec signes neurologiques. Le signe neurologique n'est pas l'expression d'une mauvaise habitude, il est l'expression de la déficience. On peut essayer d'y pallier par une orthèse mais on ne pourra pas le soumettre à la volonté du patient.
La kinésithérapie permet d'améliorer le rendement du mouvement déficitaire mais elle ne permet pas de gommer la déficience.

Un patient qui n' a pas pu faire sa rééducation pour dépression ou tout autre raison garde en lui son potentiel d'évolution et peut reprendre des années plus tard, son programme là où il l'avait laissé.

jeudi 10 juin 2010

EQUIN et SPASTICITE

http://neurokinesitherapie.blogspot.com/search/label/I.%20Amplitudes%20Articulaires 
diagnostic différentiel entre rétraction du tendon d'achille et spasticité. La spasticité cède sous le poids du patient, pas la rétraction. Il faut aligner la nuque, le pubis, le talus et appliquer le genou contre le mur. Un jeu de trois cales de bois de 5°, 10°, 20° permet la mesure précise de la flexion dorsale en charge.
Mesure de l'équin en charge
Ainsi on sait s'il vaut mieux s'orienter vers : - un allongement du tendon d'Achille - une toxine botulinique - une neurolyse du fuseau neuro musculaire - une attelle de releveur


Autoposture du triceps 1 minute par jour chez soi:
prendre appui sur les coudes face à un meuble, se mettre en charge sur un pied et avancer les fesses pour mettre le pied en flexion dorsale.
genou tendu, talon au sol, amener la jambe à 30° vers l'avant.

Fléchisseurs d'orteils:
attention de ne pas laisser filer le gros orteil: il est souvent la cause de majoration de spasticité.
Auto-posture à faire chez soi:
départ accroupi, pieds serrés , poser les genoux en laissant les orteils retournés.
LIEN VERS:

il nous semble que le releveur le plus confortable pour les pieds cérébro lésés est une chaussure avec le releveur noyé dans la structure. Ainsi la personne a la force du releveur et le confort de la chaussure.
LA SPASTICITE est la résurgence d'un réflexe naturel archaïque. A la naissance, le bébé a des réflexes de triple extension: si l'on met un appui sur la plante du pied, il pousse. Ces réflexes vont petit à petit être éduqués dans le sens de la motricité. A six mois, l'enfant est capable de contrôler cette triple extension et il tient assis. Si un accident cérébral détruit l'éducation faite, on retrouve plus ou moins ce réflexe archaïque.
Plus la personne est paralysée, plus elle est spastique. Plus elle contrôle sa motricité, moins elle est spastique.
LA PLAINTE SUR LA SPASTICITé: Quand il rencontre le médecin, le patient se plaint de la manifestation de la spasticité. Donc le docteur répond à cette plainte, par des médicaments antispastique: liorésal, baclofène botox etc.. Mais de quoi se plaint le patient? De la spasticité ou de ne pas être "comme avant"? Par malheur le médecin n'a pas de médicaments pour "déparalyser" alors qu'il a toute une gamme de médicaments pour lutter contre la spasticité. La plainte est parfois tellement forte, que le docteur y répond sans toujours mesurer exactement si le traitement de la spasticité apporte ou pas un gain fonctionnel. Avec Bobath, on croyait que si l'on diminuait la spasticité on permettrait à la motricité de s'exprimer au mieux. On n'a toujours pas fait litière de cette croyance. De nos jours, c'est le botox qui véhicule cette croyance et certains l'utilisent à tour de bras sur un malentendu. Le patient croit que le botox va lui rendre la motricité enfouie ou va masquer le signe (pour le remplacer par un autre). Or, la motricité n'est pas cachée par la spasticité. Le botox va paralyser un muscle qui s'avère "gênant". Il s'agit donc de bien poser l'indication en faisant en premier le diagnostic différentiel avec la rétraction.
La spasticité est exagérée par des « épines irritatives » On peut diminuer les épines irritatives:  
1) Les rétractions tendino-ligamentaires entraînent des douleurs et des efforts pour les vaincre. Il est impossible de faire le diagnostic différentiel entre spasticité et rétraction sur une table d'examen. Il faut mettre la personne en charge unipodale pour voir jusqu'où va céder la spasticité avant de rencontrer la rétraction. Si la rétraction est importante, il faudra un allongement tendineux, dans le cas contraire une cure quotidienne de 10 minutes d'auto posture suffira. idem pour le gros orteils. Si celui ci est rétracté il va augmenter la spasticité. Il est donc nécessaire d'entretenir non seulement amplitude d'extension de l'orteil mais l'extension en charge.
2) L’effort musculaire augmente la spasticité . Autrefois, on en avait donc tiré la conclusion qu'il fallait bannir l'effort de la rééducation. Depuis 25 ans nous avions compris qu'il fallait au contraire renforcer les muscles pour relever le seuil d'apparition de la spasticité.  
3) Les défauts d’appui ou les appuis douloureux par manque de coussinets cutanés augmentent la spasticité. Prévoir des semelles confort, rééducation des équilibres  
4) la peur augmente la spasticité : apprentissage des descentes et remontées du sol afin de refamiliariser le patient avec le sol.
5) la douleur augmente la spasticité chercher les causes douloureuses .  
6) la fatigue augmente la spasticité idem que pour la force: réentrainons les gens à l'effort et l'on élèvera le seuil d'apparition de la spasticité.  
7) les infections (urinaires ou d'autre origine).
8) les variations brusques de températures.

mercredi 9 juin 2010

RENFORCEMENT 4 FACES


Placer la personne hémiplégique sur le pied plégique dans un espace sécurisé. Mettre un élastique à la cheville de l'autre pied. Lui demander de faire 25 mouvements par face. Tourner 4 fois.
ADDUCTION
FLEXION
La résistance s'exerce sur la jambe porteuse qui doit assumer le poids de la personne plus la tension de l'élastique
EXTENSION ABDUCTION

Détails et principes de Rééducation Seg Pos Marche

Qui êtes-vous ?

Nous sommes huit kinésithérapeutes bordelais, nous voulons promouvoir la rééducation neurologique en libéral. Francis Laurent.